Vous avez choisi d’auto-éditer vos livres ?
Cela signifie que vous allez prendre à votre compte les contraintes d’un éditeur classique : enregistrer le livre avec un ISBN; encaisser les ventes et les déclarer à l’État; payer l’imprimeur et dialoguer avec lui; trouver les salons et vous y inscrire; vendre les livres à vos lecteurs et en faire la promotion.

Vous devez donc choisir un statut légal et administratif. Cela peut être un statut d’auto-entrepreneur, d’artiste ou même de société. Voyons ensemble les différents cas possibles, leurs avantages et leurs inconvénients :

Statut pour les auteurs vendant très peu de livres

Puisque c’est vous qui éditez vos livres et que vous en êtes aussi l’auteur(e), vous n’allez pas vous verser des droits d’auteur à vous-même !
Il n’y a donc PAS de droits d’auteur en auto-édition mais le versement d’une redevance, qui peut se déclarer en tant que Bénéfices Non Commerciaux (BNC) dans votre déclaration de revenus individuelle, si vous ne dépassez pas la somme de 1000 € de redevances sur l’année.

En revanche, dès lors que cette redevance annuelle dépasse les 1000 €, vous allez devoir opter pour un régime fiscal de type entreprise.

Statuts pour les auteurs vendant un peu plus de livres

Vous commencez à bien vendre vos livres et à dépasser les 1000 € de redevances dans l’année ?

Le statut fiscal le plus accessible est celui de la micro-entreprise. Les contraintes administratives sont plus simples, mais vous ne pourrez pas récupérer la TVA et devrez donc tout déclarer et vendre en TTC.

En déclarant votre micro-entreprise, vous allez obtenir un numéro de SIREN. Vous allez pouvoir créer un nom de maison d’éditions et du coup, ne plus apparaitre comme un auteur qui s’autoédite sous son nom, mais comme un auto-entrepreneur !

Mais pour cela, il faut bien mettre en avant vos futures activités en tant qu’éditeur (vendre des livres, facturer des imprimeurs, etc.) et non vos seules activités d’auteur, sans quoi l’URSSAF vous redirigera vers l’AGESSA (laquelle est un organisme de sécurité sociale dédiée aux artistes).

Statuts pour les auteurs vendant beaucoup de livres

Il y a des chances pour que des éditeurs classiques vous aient déjà contacté(e) !
Mais vous trouvez que vous vous en sortez très bien tout seul et vous décidez de continuer l’aventure… Dans ce cas, vous n’êtes plus très loin de basculer du côté édition de la force !

Vous allez non seulement éditer vos livres, mais aussi ceux d’autres auteurs.

Dans ce cas, vous pouvez alors opter pour un statut de vraie entreprise, qu’elle soit unipersonnelle (EURL, SASU) ou avec d’autres personnes, salariées ou non, dans l’entreprise (SAS, SARL, …)

Ecrire, publier et faire connaitre son livreSi vous débutez dans la création d’un livre, je vous propose de lire mon ouvrage : Écrire, publier et faire connaître son livre qui vous donnera toutes les ficelles du métier, aussi bien pour la création d’un livre imprimé que pour un livre numérique (format epub).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.